• Table ronde

  • Avec El Martine, artiste protéiforme plasticien-danseur
    Maxime Picolo, doctorant en sociologie au LEIRIS, université Paul Valéry Montpellier 3
    Vincenzo Susca, maître de conférences en sociologie de l’imaginaire à l’université Paul-Valéry Montpellier 3, chercheur au LEIRIS

  • Pour recevoir le lien Zoom : je m’inscris !

Maxime Piccolo, est doctorant en sociologie sous la direction de M. Thierry Blin, au LEIRIS, Montpellier Paul Valery.
Il est également chargé de cours, à Miap, UFR VI, Montpellier 3 Paul Valery, mais aussi animateur et président de Radio Campus Montpellier.

Vincenzo Susca est maître de conférences en sociologie de l’imaginaire à l’université Paul-Valéry Montpellier 3 où il dirige le département de sociologie, chercheur au LEIRIS et McLuhan Fellow à l’Université de Toronto. Il est le directeur éditorial des Cahiers et l’auteur de plusieurs livres, dont Joie Tragique (Milan 2010, Paris 2011, Barcelone 2012), Récréations (Milan 2008, Paris 2009, avec C. Bardainne), Les Affinités connectives (Paris 2016, Porto Alegre 2019) et Pornoculture (Paris 2016, Milan 2016, Porto Alegre 2017, avec C. Attimonelli).
Il a écrit, avec Alain Béhar, la pièce théâtrale Angelus Novissimus (2014) et a été le curateur, avec Claudia Attimonelli, des expositions de Madame (2014) et Karin Andersen (2015) à la Traffic Gallery de Bergamo. Son dernier ouvrage s’intitule L’aurore numérique (Milan 2020, Montréal 2020, avec C. Attimonelli).

  • Lundi 22 novembre 2021

  • De 12h à 13h30

  • A l’IUT Montpellier Sète – amphi 2

  • Et en distanciel via Zoom

Table ronde autour du rapport entre le fake et l’image

En 2017, bien qu’aucune personne n’y avait jamais mis les pieds, une simple cabane londonienne au fond d’un jardin est devenue restaurant n°1 de Tripadvisor… L’auteur de ce fake est Oobah Butler qui, au travers d’une mise en scène des images, a dupé les internautes.
L’image habite le réel, il l’embellit, le cache, le transforme ou le métamorphose. L’image est partout et finit même par supplanter le réel jusqu’à créer nos représentations de la réalité.

L’artiste El Martine, aime choquer et surprendre. À travers ses œuvres et ses performances, il s’amuse à duper notre esprit et nos sens. En octobre dernier, il se déguisait en professeur chilien pour une fausse conférence devant des étudiants interrogatifs. Ici, il nous convie dans son laboratoire où il prolonge sa réflexion et, interroge notre rapport entre l’image et le fake.

Dans son laboratoire réflexif, il invite deux chercheurs en sciences humaines et sociales, Maxime Piccolo doctorant en sociologie au LEIRIS et Vincenzo Susca, maître de conférences en sociologie de l’imaginaire à l’université Paul-Valéry, Montpellier 3.

Dans une société de l’écran et des réseaux où le paraître occupe une place fondamentale, la présentation de soi via l’image est centrale. Mais l’image que nous renvoyons de nous est-elle réelle, ou, est-elle un fake ?

Cette table ronde vous est proposée par le service art & culture, dans le cadre de l’accueil de l’artiste El Martine à l’IUT Montpellier Sète avec le soutien de la DRAC Occitanie.