Maxime Potard est artiste multidisciplinaire et membre du Détachement International du Muerto Coco.

Il a étudié trois ans au conservatoire National de Région de Bordeaux, où il a joué du Tchekhov et du Racine, mais a aussi découvert Emmanuel Adely.
Par la suite il a intégré la Formation Professionnelle d’acteurs du Théâtre des Ateliers, la Compagnie d’Entraînement à Aix-en-Provence. C’est là-bas qu’il a compris que ce qu’il aime, c’est la poésie contemporaine, se prendre pour un peintre et créer de grandes fresques sonores qu’il joue dans son salon, derrière des pupitres, sur des tables, sur des podiums rétroéclairés, et en dansant maintenant.

Co-fondateur de la compagnie le Coq est mort, il a intégré pour quelques années l’équipe artistique du Théâtre des Ateliers avec Alain Simon.

Ténor et s’étant découvert une oreille absolue, il travaille un peu le son, chante de la poésie…
Il est également co-fondateur du Petit Milan (catering itinérant de la Toy-Party), il cuisine sur talons, et organise avec ses ami·e·s marseillais·e·s un évènement qui s’appelle Kiss My Genre, qui tente de faire grossir un rassemblement de personnes qui pensent que les systèmes normatifs de ce monde ont bien assez duré comme ça.

Son travail en micro-résidence à l’Université de Montpellier (2021)

« Danser dans mon petit salon sans me poser de questions » est le nouveau projet de création du Détachement international du Muerto Coco, sur la thématique de la virilité. Cette dite création, se situant au croisement du théâtre, de la poésie et de la danse, se définit comme une écriture du réel, dont le processus de création consiste en une investigation au cours de laquelle, Maxime Potard, porteur du projet, base son écriture sur une collecte de témoignages auprès de divers publics.

C’est dans ce contexte que l’Université de Montpellier souhaite apporter son concours à cette nouvelle création par l’accueil de Maxime Potard du 23 au 25 novembre.

> Les 23 & 24 novembre, l’artiste va recueillir les témoignages des étudiants et étudiantes sur leur définition du concept de la virilité.
> Le 23 novembre, il animera en binôme avec le chorégraphe Léonoardo Montecchia un atelier de danse et écriture autour de la question du genre, dans la définition de nos gestes et mouvements, pour l’Unité d’Enseignement « Art & Sciences », proposée par la Faculté des Sciences.

> Le 25 novembre à 18h30 à la Maison des étudiants de Triolet, il présentera une étape de création de son spectacle, agrémenté des témoignages anonymes des étudiants et étudiantes rencontrées les deux jours précédent. Cette présentation sera suivie d’une discussion autour des thématiques abordées lors de l’extrait, puis d’un échange plus informel autour d’un pot.

Cette micro-résidence se déroule avec le soutien de la DRAC Occitanie.